Pierrot, notre cher ami Pierrot- Paris 2ème

Chez Pierrot…
Du bonheur, du bonheur, du bonheur…
Très français…a la fois très sud-ouest et très parisien. Familial et sophistiqué, de bon gout mais sans manières, on peut y venir sur son 31 mais se sentir comme à la maison.

Le personnel, bien que souvent débordé, ne se laisse pas envahir par la tension ou la folie des rush. Toujours un vrai sourire et l’attention qu’il faut pour le client.

A la carte, de la viande et du poisson sous toutes leurs formes. Des recettes authentiques élaborées avec raffinement. Les frites maisons peuvent se manger avec les doigts, tout en sirotant élégamment une bonne bouteille de rouge.

Et quand vient le dessert…la fierté gastronomique de la France atteint son paroxysme.  Des pâtisseries faites maison, cela va sans dire, d’une qualité exquise. Toujours en respectant la tradition (éclairs, tartes, mille feuilles, profiteroles, crèmes brûlées, etc), chaque nouvelle bouchée se vit comme un retour vers le futur tellement il est inenvisageable de vivre sans retourner Chez Pierrot.

Pierrot – ouvert du lundi au samedi midi et soir
18 rue Etienne Marcel
75002 Paris
métro Etienne Marcel (4) ou Sentier (3)
01 45 08 00 10
 
restaurant-pierrot-0

À propos

223680_10150266587053071_509963070_7594738_1871484_n

A Rosie Tomboy is a 25 year old french girl who likes to drink her Corona out of the bottle with her bro as much as she loves to have a cup of tea with her girls.

« Ce n’est pas une fille que j’ai eu! C’est un quatrième garçon! »

Combien de fois ai-je entendu cette phrase dans la bouche de ma mère…

Devrais-je la plaindre d’avoir eu une fille passionnée davantage par les variétés de fromage que par les produits de beauté?

Elle en rigole et s’en réjouit finalement car sa fille est une bonne vivante.

Le lien de cette anecdote avec ce qui va suivre?

Lassée d’être si souvent déçue par des modes culinaires où l’on se perd tant nous sommes coocoonés dans des univers ultra sophistiqués…je me rebelle intérieurement, ayant moi-même été prise au piège à plusieurs reprises.

Aujourd’hui chaque cuisine a un nom, un style, un concept. Le concept d’avoir un concept dans la cuisine est un super concept. Au secours.

Tant d’adresses nous sont conseillées pour une architecture, pour une déco, pour un nom ou un lieu mythique. On le découvre avant tout le monde et on l’adore.

On en parle.

« Mais c’est gé-niaaaaaaaaal!!! ».. « Et c’était bon? T’as mangé quoi? ».. « Oui ca va, je sais plus ce que j’ai pris..y’avait un plat avec du poisson je crois et une espèce de mousse…enfin bref on s’en fout c’était tellement blindé de monde! »

Et dans quelques mois on n’en parlera plus car la mode du lieu étant passée, sa cuisine passable en sera tout aussi vite oubliée…

Je ne dis pas non au beau, je suis pour l’élégance et la simplicité.

Back to basics and Less is more. Telles sont mes devises. Arrêtons les manières qui nous fatiguent tant elles sont éphémères.

Je ne bannis pas émulsions de cheesecakes et autres jus détox gingembre-ananas-concombre-basilic-wasabi.

Disons simplement que je me concentrerai davantage sur un bon boeuf bourguignon accompagné de son verre de Brouilly.

L’indémodable n’est il pas finalement ce qui rassure l’être humain? Car admettons-le..on ne se lassera jamais, jamais, jamais d’une tartine de Saint-Nectaire pour le gouter. Jamais.

Enchantée et merci de me lire.

Rosie Rose